Thursday, March 8, 2012

"I am the way"

Epuisée par une semaine de délires nocturnes qui ont transformé un simple rhume en bronchite, j'essaie de me remettre sur pied avant de reprendre le boulot. Délestée de plusieurs poids, immobiliers et affectifs. Sans attache, je retrouve un peu de cette liberté à laquelle j'avais goûté, plus jeune, lorsque j'avais plaqué mon job à la Bourse pour voyager pendant quelques mois, seule ou accompagnée. Le "blues de la propriétaire" me tient depuis des semaines, j'ai hâte de faire mes valises et quitter ce coin de Paris. 

Londres, petite lumière de ces vacances, m'a maltraitée. Froide, venteuse, grise. Les mains trop occupées à tenir le parapluie ou un gobelet de chai latte pour prendre des photos. Mais il y a eu cette exposition à la Tate Modern, ce CD de pop indie acheté chez Rough Trade, et le bleu de l'Oyster card dans mon portefeuille. J'ai hâte d'aller à New York, en mai, respirer un peu de cette autre grande ville. 


J'ai passé mon adolescence à détester les Pixies, mais il y a quelques jours, j'ai entendu cette chanson, dont j'avais oublié l'existence. Et finalement, c'était bien.

No comments: