Saturday, October 24, 2009

L'Est en noir et blanc

Le Ruban blanc de Michael Haneke m'a rappelé des mots que je n'avais pas prononcés depuis le lycée, et mes cours d'allemand première langue avec Frau Bernard, son casque blond cranté et ses rouges à lèvres carmin. Des mots comme keine Ahnung, verstecken, müde, noch ein mal. Je l'avoue, j'aime le son de cette langue. Et le noir et blanc des cinéastes allemands, des vieux Murnau et des premiers Wenders. Quant au film, eh bien, c'est du Haneke : c'est toujours à la fois trop et pas assez.
Edit : une critique limpide du film à lire ici

Pour rester dans l'ambiance, ne manquez pas l'expo August Sander à la fondation Cartier-Bresson. Et relisez La Chambre claire, de Roland Barthes.

Crédits photo : Le Ruban blanc de Michael Haneke, Le Notaire par August Sander.

1 comment:

MAAD said...

j'aime bien le dépouillé nouveau, un peu sérieux mais... qui cherche trouve la fête derrière le noir et blanc.